Audrey Bernard, fondatrice de Stimulation Déjà vu

2 minutes

Montreal centre-ville

L’odorat est un sens qui renvoie directement aux souvenirs et qui réveille l’émotion. Audrey Bernard a décidé de l’exploiter dans un contexte touristique, via son entreprise Stimulation Déjà vu, en alliant science cognitive et créativité. Entrevue.

D’où vient l’idée derrière Stimulation Déjà vu?

C’est en cofondant Élixir Marketing Olfactif en 2016, une agence qui s’appuyait sur la technologie pour créer des expériences olfactives, que j’ai réalisé que c’était le volet santé qui m’interpellait le plus. Dès lors, je me suis entourée de chercheurs et nous nous sommes tournés vers l’étude de l’aromathérapie. La recherche et l’implication sociale s’inscrivaient dans le domaine médical, mais je me questionnais toujours sur un secteur de commercialisation pour mon entreprise en démarrage. Lors d’une présentation au MT Lab, le VP de l’innovation avait posé la question suivante : « Comment créer de l’expérience autour de la destination et marquer la mémoire du visiteur? » Le monde de Stimulation Déjà vu s’est alors révélé à moiet nous avons entamé notre premier projet d’expérience olfactive, avant même que nous soyons sélectionnés par MT Lab.

Quel est le processus d’élaboration des signatures olfactives de Stimulation Déjà vu?

Nous faisons de la création sur mesure. On travaille d’abord avec le client pour savoir quelle histoire il souhaite raconter, quel souvenir il aimerait laisser et quelles émotions il veut générer. Notre processus de développement breveté compte 10 étapes qui vont de l’élaboration de la trame narrative à l’évaluation de l’implantation pour maximiser l’expérience olfactive, en passant par des assemblages de base, des tests en laboratoire et des tests de biométrie sur des humains pour mesurer les émotions. C’est de cette manière que nous avons créé, en partenariat avec Tourisme Montréal, le coffret des cinq odeurs phares de Montréal (La ville aux cent clochers, Foodtrucks, Winter lights, Marché Jean-Talon et Festivalmania).

Stimulation Déjà vu a su adapter son offre à la crise de la COVID-19. Parlez-moi du plus récent produit que vous avez développé?

Nous avons développé un vaporisateur antibactérien trois-en-un, fait d’alcool à 85 %, qu’on utilise pour désinfecter les mains, les surfaces et l’air ambiant. Initialement conçu pour les employés de première ligne, il est désormais vendu au public. Parfumé aux odeurs du Québec, ce vaporisateur possède des référents antianxiogènes qui procurent une sensation de fraîcheur relaxante.