• 01/03/2021

Les femmes au sein de l’industrie hôtelière

7 minutes

Montreal centre-ville

Montreal centre-ville

  • © Hôtel Germain Montréal
Montréal centre-ville a décidé de donner la parole aux femmes entrepreneures, restauratrices, directrices d’hôtels, propriétaires de commerces tout au long du mois de mars. De donner la parole à ces femmes qui contribuent chaque jour au dynamisme de notre métropole et de notre centre-ville.

Eve Paré, présidente et directrice générale de l’Association des Hôtels du Grand Montréal nous partage sa vision, son opinion quant à la contribution et à la représentation des femmes. 

Entrevue

Dans une étude publiée en décembre 2020 par le Conseil du statut de la femme, « Québécoises : édition 2020 Femmes et Économie », il est démontré que 55% des effectifs dans le secteur de l’hébergement et services de la restauration sont constitués de femmes. Le secteur de l’hébergement serait-il plus paritaire ?

Eve Paré : Aujourd’hui le milieu de l’hôtellerie se veut plus inclusif et donne davantage de place aux jeunes gestionnaires, aux femmes, aux personnes issues de la diversité. En 2013, lorsque j’ai été nommée présidente et directrice générale de l’Association des Hôtels du Grand Montréal, j’avais pour mandat de favoriser l’inclusion et de donner la parole à cette jeune génération.
Cependant bien qu’il y ait de plus en plus de femmes dans le secteur de l’hôtellerie, ce sont surtout les métiers dits de « plancher » qui sont à prédominance féminine. Du côté des postes décisionnels, il y a encore du travail à faire pour arriver à une véritable parité mais nous sommes sur la bonne voie.

Avant de travailler dans le secteur de l’hôtellerie, vous étiez économiste de formation et vous avez travaillé dans plusieurs autres industries. Comment et pourquoi avoir choisi le milieu de l’hôtellerie et sa représentation en 2013 ?

Ma formation en économie m’a permis de développer un véritable esprit analytique : être économiste c’est avoir une analyse 360 de certains enjeux, connaître les arguments pour et contre et savoir comment les utiliser. Je me suis rapidement aperçue que ce qui m’intéressait surtout c’était l’influence et la défense des intérêts : comment influencer un gouvernement dans sa prise de décision ? C’est pourquoi je me suis orientée vers la représentation des intérêts notamment dans le domaine de la construction résidentielle et des négociations du renouvellement de la convention collective. J’ai ensuite travaillé à Ottawa avec les Producteurs laitiers du Canada. Ça a été une excellente école !
Ce sont, cependant, des industries difficiles qui ont connu de nombreuses crises et j’ai souhaité en 2013 me tourner vers le secteur hôtelier qui, pour moi, représente l’accueil, la chaleur humaine et le plaisir ! Je dirai que mes années syndicalistes dans les milieux agricoles m’ont préparé à la crise que nous vivons actuellement.

Avez-vous déjà rencontré des obstacles ou des difficultés, en tant que femme, au sein de votre parcours professionnel ?

Je n’en ai jamais rencontré ! En fait, je n’ai jamais accepté qu’être une femme soit un obstacle. J’ai évolué dans des milieux d’hommes et je me suis fait accepté en tant que femme car j’ai joué avec les mêmes règles. Cela nécessite cependant un investissement personnel, comme d’accepter de rester peut-être plus tard lorsqu’il y a des négociations ou des situations qui nécessitent de travailler en dehors des heures de bureau. Je n’ai pas rencontré d’obstacles et je n’ai pas eu de difficultés mais cela ne veut pas dire que c’est le cas pour toutes les femmes !
Il est certain qu’il y a plus de défis pour les femmes notamment avec la conciliation travail-famille. Même si on observe de plus en plus un changement, la responsabilité des enfants relève encore des femmes. Or, une femme qui doit aller chercher ses enfants, participera moins aux heures en dehors du bureaux et pourrait manquer certaines opportunités. Ce sont souvent les situations informelles qui créent et tissent des liens, qui favorisent des contacts.

Quels sont, selon vous, les atouts et les forces des femmes au sein de l’industrie hôtelière ?

L’industrie hôtelière est une industrie d’accueil, d’hospitalité, qui a pour vocation de partager la chaleur humaine qu’ont les Montréalais et Montréalaises. Les femmes ont cette qualité, elles ont particulièrement un souci pour leur équipe et cela a été maintes fois constaté lors de cette crise. Nous avons vu beaucoup d’initiatives se mettre en place au début de la crise pour venir en aide et dans un souci de bienveillance envers leurs équipes. De manière générale, j’ajouterai que l’industrie hôtelière redonne beaucoup à la communauté.

Quelles sont les femmes du milieu que vous souhaiteriez mettre de l’avant, souligner leur contribution ?

Chantal Riopel de l’Hôtel Delta Montréal par Marriott qui a un parcours exceptionnel et qui est à la tête de l’un des plus grands hôtels du centre-ville ! Je pense aussi à Christina Poon, une femme extraordinaire également qui est à la tête d’un hôtel qui vient tout juste d’être rénové, le W Montréal Hôtel. Mais aussi Marie Pier Germain, qui est vice-présidente marketing des Hôtels Germain et qui a également un parcours inspirant : elle est détentrice d’un bac en génie mécanique, elle a appris à parler cinq langues et a su faire sa place dans le milieu !

Comment, selon vous, la représentation des femmes dans certains secteurs économiques clés pourrait être améliorée et davantage mise de l’avant ?

Je dirai que les femmes doivent davantage se faire confiance surtout ! Elles sont leur propre pire ennemie : elles se mettent inutilement des barrières et doutent d’elles-mêmes alors que bien souvent elles sont très compétentes mais n’osent pas ! Il faut avoir de l’attitude, les compétences s’acquièrent avec le temps, mais l’attitude permet de persuader et de créer des opportunités. Foncez les filles ! Ayez confiance ! Et je salue des initiatives telles que l’effet A qui contribue à donner confiance aux femmes. Ce sont peut-être des programmes de mentorat, de coaching dans lesquels il faudrait davantage investir.

Eve Paré, présidente et directrice générale de l'AHGM

Formée en Sciences économiques (UQAM), en administration internationale (ENAP) et en responsabilité sociale des organisations (UQAM), Eve Paré a débuté sa carrière au début des années 2000, à titre d’économiste, où elle a notamment participé aux négociations menant au renouvellement de la convention collective dans le secteur de la construction résidentielle. Elle a ensuite poursuivi sa route avec les Producteurs laitiers du Canada (2004-2007) et ensuite avec les éleveurs de porcs du Québec (2007-2013) où elle a joué un rôle central dans la réconciliation entre les producteurs et les abattoirs, mais aussi dans le repositionnement du Porc du Québec comme une production plus durable. 

C’est en 2013 qu’Eve s’est jointe à l’Association des hôtels du Grand Montréal (AHGM) à titre de présidente-directrice générale. Depuis son arrivée, Eve Paré a décuplé les services aux membres et activités de l’AHGM accentuant de cette façon la vitalité de l’association et la forte cohésion entre les acteurs de l’industrie hôtelière montréalaise.

« Au fil des années j’ai remarqué à plusieurs occasions que les femmes adoptent un style de leadership bienveillant, inclusif, compréhensif, humain mais à la fois exigeant . Cinq traits importants dans l’industrie hôtelière. Étant donné le défi d’atteindre un équilibre entre le travail et la vie personnelle, je dirais que les femmes poussent les équipes à se responsabiliser rapidement. Il faut être bien entouré et avoir une équipe forte au travail et à la maison. Un souhait pour le futur est de voir plus de jeunes femmes choisir des postes de leadership dans l’hôtellerie car l’essayer c’est l’adopter. » – Chantal Riopel

Chantal Riopel, directrice générale de l'Hôtel Delta Montréal par Marriott
Chantal Riopel, directrice générale de l'Hôtel Delta Montréal par Marriott

Chantal Riopel connaît très bien le milieu touristique montréalais, elle a en effet débuté sa carrière au Centre Sheraton Montréal en 2006 en tant que directrice des revenus. C’est sous sa direction que l’hôtel a reçu plusieurs distinctions et elle-même a reçu le titre de Directrice des revenus de l’année en 2010. Elle entre à la tête de l’Hôtel Delta Montréal par Marriott situé sur l’avenue du Président-Kennedy en 2018.
Chantal est également très engagée pour le centre-ville, son rayonnement et sa vitalité puisqu’elle siège actuellement sur le conseil d’administration de Montréal centre-ville.

Christina Poon, directrice général Hôtel W Montréal
Christina Poon, directrice général Hôtel W Montréal

 

« Il est essentiel de donner l’exemple et de démontrer le succès des femmes dans divers rôles au sein d’une organisation. Les temps changent heureusement et bien que nous ne sommes pas encore au point de la parité, plusieurs femmes talentueuses sont actuellement en train de faire leur place dans les équipes de haute direction dans nos hôtels à Montréal.

Au W Montréal, plus de 60% de notre équipe de gestion est composée de femmes. Nous reconnaissons le talent et la bonne gestion. Nous ne distinguons pas l’excellence en fonction du sexe, bien que nous nous rendions compte que la diversité des idées et des approches est vitale pour un milieu de travail prospère. En ayant à la fois des femmes et des hommes dans la direction, nous recevons un précieux mélange de perspectives dans les domaines de la collaboration, du style de communication et de la gestion du changement, ce qui nous aide à surmonter les obstacles et à prendre des décisions bien équilibrées. » – Christina Poon

En 2017, après plus de quinze ans d’expérience dans le milieu hôtelier, Christina Poon prend la direction de l’hôtel W Montréal situé au 901 Square Victoria. 
Avant de prendre la direction du luxueux hôtel W Montréal, Christina a été présidente et directrice générale des Résidences EVO situées dans le Vieux Montréal.
De 2014 à 2017, Christina Poon a siégé sur le conseil d’administration de Montréal centre-ville mais également sur celui de la Fondation de la mode de Montréal. Elle est aujourd’hui, un membre engagé du conseil d’administration de l’Association des hôtels du grand Montréal.

« Quand on parle de leadership au féminin, particulièrement dans le domaine des affaires, les femmes dans des postes de direction étaient plutôt rares si l’on regarde 20 ans en arrière.

Chez Germain Hôtels, nous avons toujours mis un point d’honneur à favoriser les femmes aspirant à des rôles de gestionnaires, et ce depuis l’origine, en offrant un modèle d’entreprise ou la coprésidence est partagée entre un frère et sa sœur. L’exemple a porté fruit puisqu’aujourd’hui chez Germain Hôtels, plus de la moitié des postes de direction dans nos établissements et dans nos centres de services sont occupés par des femmes. C’est cet exercice d’équilibre entre plusieurs visions qui fait le succès de l’entreprise.

Nous offrons aussi une formation en leadership à l’interne afin d’accompagner nos gestionnaires dans le développement de leur potentiel, et pour en avoir moi-même bénéficié, je sais combien ce type de formation peut aider à développer ses compétences en tant que leader, et peut encourager les femmes aspirant à des postes de gestion à prendre confiance en elles et à faire leur place.

Il faut donc former, éduquer, accompagner, donner une chance aux femmes, qui font souvent preuve d’un leadership plus inclusif, plus conscient, et plus humain. À ce titre, je suis convaincue que le leadership au féminin est un atout majeur dans une industrie comme la nôtre, pour laquelle l’humain est au cœur des préoccupations. Bref, mesdames, faites-vous confiance, on a besoin de vous pour garder ce sens de l’humain qui fait toute la différence dans le mot hospitalité » – Marie Pier Germain

Marie Pier Germain, vice-présidente marketing des Hôtels Germain
Marie Pier Germain, vice-présidente marketing des Hôtels Germain

Marie Pier Germain est une membre active de l’entreprise familiale Hôtels Germain depuis 2006. En effet, elle amorce sa carrière au sein du secteur hôtelier lors de la réalisation du complexe immobilier de l’Hôtel Le Germain à Calgary en tant que directrice du service de location des espaces de bureau et conseillère principale de l’équipe des ventes des résidences.
En 2016, elle devient la directrice générale de l’Hôtel Alt Montréal. Aujourd’hui vice-présidente marketing, elle gère plusieurs établissements situés dans la grande région de Montréal. Elle est également Secrétaire-Trésorière au sein du Conseil d’administration de l’Association des hôtels du Grand Montréal.