Maël Bureau-Blouin, étudiant à la maîtrise en urbanisme, travaille sur un projet de politique de la vie nocturne.

2 minutes

Emilie Vallières

Montréal Centre Ville - Espace affaires
  • © Xavier Legault
Âgé de seulement 25 ans, Maël Bureau-Blouin cherche à mettre les grands principes théoriques au service de ceux qui fréquentent le centre-ville, à toute heure. Pour lui, une vie nocturne décomplexée n’est pas qu’un rêve; c’est un ingrédient clé pour un centre-ville dynamique, vibrant et attirant.

Qu’est-ce qui façonne la vie nocturne ?

Avant tout, ce sont les gens. La vie nocturne est associée aux bars, aux discothèques, aux salles de spectacles, bref aux lieux où on fait la fête et aux gens qui s’y rendent. Cependant, il y a aussi les travailleurs de nuit. Au centre-villeseulement, il y a les employés du secteur de la santé, ceux de la STM, ceux du secteur du tourisme, etc. Quelles que soient leurs motivations, tous ces acteurs se côtoient la nuit et sont partie intégrante de la vie nocturne.

Comment souhaitez-vous que la vie nocturne évolue ?

Je souhaite qu’elle soit décomplexée. Il faut déstigmatiser la vie nocturneet lui donner les moyens de se déployer. Évidemment, cela doit se faire en harmonie avec les citoyens qui sont davantage diurnes et qui habitent aussi le quartier. Par exemple, certains se plaignent du manque de propreté des artères publiques, le matin. La Ville pourrait déployer une équipe de travailleurs chargés du nettoyage au petit matin. Pour limiter le bruit ou les altercations, je ne crois pas que ça nécessite plus de présence policière. Certaines villes ont recours à des travailleurs sociaux ou même des artistes formés pour intervenir et désamorcer les situations conflictuelles.

Les règlements municipaux doivent-ils être mieux adaptés ?

Oui, c’est certain. De plus en plus d’immeubles à appartements apparaissent dans des secteurs bruyants la nuit. Dans nos travaux, d’ailleurs, nous allons recommander d’augmenter l’insonorisation minimale de tout nouvel édifice construit au centre-ville.

De quelle manière la vie nocturne contribue-t-elle à dynamiser le centre-ville ?

La qualité de la vie nocturne constitue un critèrede sélection important pour les étudiants étrangers, les immigrants, les touristes et même les employeurs. De plus, une vie nocturne vibrante amène des gens au centre-ville. Cela stimule notre économie et contribue à créer un sentiment de sécurité pour tout le monde.