• 08/09/2021

Mona-Lisa Prosper, directrice, Entrepreneur.e.s noir.e.s, à Futurpreneur Canada

2 minutes

Emilie Vallières

Emilie Vallières

Mona-Lisa Prosper, Directrice, Entrepreneur.e.s noir.e.s, à Futurpreneur Canada
  • © Maison Clem
Depuis quelques mois, la femme d’affaires Mona-Lisa Prosper, âgée d’à peine 30 ans, occupe le poste de Directrice, Entrepreneur.e.s noir.e.s, à Futurpreneur Canada.

En 2021, quels sont les obstacles systémiques auxquels font face les entrepreneur.e.s noir.e.s?

L’enjeu principal est l’accès au financement, que ce soit auprès des institutions ou des sociétés de capital-risque. De nombreuses études le confirment. L’enquête de crédit aussi s’avère un frein à l’entrepreneuriat. Prenons par exemple le cas d’une personne immigrante, qui obtient la reconnaissance de ses acquis après plusieurs années d’attente. Elle est plus susceptible d’avoir une faible cote de crédit, mais elle doit tout de même s’intégrer à la société et faire vivre sa famille. Ce n’est pas ce que vit une personne bien intégrée socialement et qui connaît les rouages financiers. Il est également important de parler de crédit et de le démystifier car, dans certaines communautés, cela demeure un tabou. De plus, dans le domaine du capital-risque, le manque de diversité se révèle problématique. Même si on a progressé à pas de géant de ce côté-là, il reste beaucoup de partis pris inconscients, ce qui fait en sorte que les communautés noires peinent à obtenir de l’argent.

Lorsque vous avez démarré votre entreprise, qui offrait des services juridiques aux nouveaux entrepreneurs, avez-vous été confrontée à ces enjeux?

À l’époque où j’ai lancé mon entreprise de services professionnels, je venais d’obtenir le titre d’avocate. J’ai senti, à certains moments, qu’on me regardait et qu’on me percevait différemment parce que je suis une jeune femme noire. Je remercie du fond du cœur mes parents de m’avoir outillée pour faire face à ces préjugés et pour ne pas m’y arrêter.

Pouvez-vous nous parler des projets sur lesquels vous travaillez?

Au sein de Futurpreneur Canada, je suis en mode écoute et en mode analyse. Je veux bien connaître les services qui sont déjà offerts et trouver les façons d’améliorer ces services, afin de mieux répondre aux besoins des entrepreneur.e.s. Nous allons découvrir de nouvelles manières de réseauter, notamment pour permettre aux jeunes entrepreneur.e.s issu.e.s des communautés noires à travers le Canada d’échanger plus facilement, et d’organiser, dans un avenir rapproché, d’autres formations sur la cote de crédit et la dette.

Autres articles qui pourraient vous intéresser