• 09/09/2021

Un nouveau pôle du savoir au centre-ville

2 minutes

Malik Cocherel

Malik Cocherel

HEC Montréal
Attendu à l’automne 2022, le nouvel édifice de HEC Montréal doit faciliter le transfert des connaissances en se rapprochant des acteurs de l’activité économique, au cœur de la métropole.

C’est en plein quartier des affaires, près de la basilique Saint-Patrick, que HEC Montréal a choisi de bâtir son nouvel édifice. C’est tout un symbole, quand on sait que la plus ancienne des écoles de commerce et d’administration au Canada a vu le jour en 1907, non loin de là, du côté du square Viger, avant de migrer sur la montagne pour développer son campus.

«Nous avons été créés au centre-ville, et nous sommes heureux de nous rapprocher de nos origines», souligne en entrevue Federico Pasin, directeur de HEC Montréal.

Des besoins à combler

Un déficit d’espace a poussé les dirigeants de la prestigieuse école à lorgner du côté du centre-ville. Mais ce retour aux sources est avant tout un choix stratégique pour HEC Montréal, qui souhaite s’implanter au plus près des décideurs économiques.

« On désirait se rapprocher de notre communauté d’affaires, précise M. Pasin. Dans notre clientèle, on a de jeunes étudiants qui sortent du cégep, mais on a aussi des gens qui travaillent le jour et qui viennent suivre des cours le soir, au certificat, au D.E.S.S., au MBA. S’installer au centre-ville permet de mieux servir cette clientèle-là.»

HEC Montréal

Apprendre à tout âge

Les cours dispensés dans ce nouveau bâtiment, qui portera le nom d’Hélène Desmarais, femme d’affaires québécoise diplômée de HEC Montréal, s’adresseront aux professionnels en exercice. L’objectif est de répondre aux besoins de formation continue. «Dans les milieux anglophones, on parle de plus en plus du lifelong learning. Durant la pandémie, on a également vu qu’il y avait d’énormes besoins du côté des formations qualifiantes pour aider les entreprises à s’organiser et à gérer des équipes à distance», explique Federico Pasin.

Accueillir des événements d’affaire

Le pavillon situé sur la côte du Beaver Hall, au coin de la rue De La Gauchetière, est aussi appelé à accueillir des centres de recherche et un plus vaste public.

«Des professeurs ou des gens de Montréal International sont souvent venus me voir pour organiser des conférences. Mais nos locaux étaient tellement occupés que c’était souvent compliqué de les accueillir. Là, on va avoir des locaux très conviviaux avec des espaces ouverts. On va pouvoir organiser des événements. Ces lieux nous permettront de tisser des liens plus forts avec la communauté d’affaires et la communauté de l’innovation à Montréal», se félicite M. Pasin.

HEC Montréal

Le campus idéal

Imaginées par la firme Provencher Roy, les installations de l’édifice évalué à 183,1 millions de dollars ont été conçues pour se fondre dans l’espace urbain du centre-ville. La direction de HEC Montréal a travaillé de concert avec la Fabrique de la paroisse Saint-Patrick et Héritage Montréal pour «assurer une intégration optimale du projet dans son milieu».

«Les architectes se sont lancés dans un processus de co-construction. Ils ont organisé des ateliers avec des gens du voisinage, des gens du milieu des affaires et des étudiants, explique Federico Pasin. Ensemble, ils ont imaginé ce que pourrait être le campus idéal. On voulait un milieu de vie, et quelque chose d’assez spectaculaire. Et nous sommes extrêmement fiers du résultat.»

Autres articles qui pourraient vous intéresser