• 26/11/2020

Plus que de simples décorations de Noël, Les Lumières sur Peel mettent en valeur la richesse de l’histoire millénaire de Montréal, en étroite collaboration avec les Premières Nations.

3 minutes

Montreal centre-ville

Montreal centre-ville

Tiohtià:ke, le 26 novembre  2020 – À l’été 2018, des milliers d’objets fabriqués par les Iroquoiens du Saint-Laurent ont été trouvés sous l’intersection des rues Peel et Sherbrooke. Deux ans plus tard, cette découverte archéologique majeure a inspiré la compagnie ISM Art et design, dans le cadre d’un appel à projet lancé par la SDC Montréal centre-ville pour les nouveaux décors lumineux de l’une des principales artères commerçantes de Montréal. 

En plus de diffuser la magie du temps des fêtes, Les Lumières sur Peel rendent un merveilleux hommage aux Premières Nations qui ont habité ces lieux bien avant nous, ainsi qu’aux animaux qui représentent le système du clan Rotinonhsión:ni.

UNE COMMUNAUTÉ IMPLIQUÉE

La tortue, symbole de persévérance, le loup, qui représente la loyauté, et l’ours, qui renvoie l’image de la force, se retrouvent au cœur des installations lumineuses conçues par ISM Art et design.

La SDC a demandé la collaboration de la communauté Mohawk de Kahnawake.

«Plutôt que de prendre la parole à leur place, on voulait s’assurer que les Premières Nations soient informées du projet et que celui-ci corresponde au message qu’ils voulaient envoyer» explique la directrice des opérations de la SDC Montréal centre-ville, Cristina d’Arienzo, qui a entrepris le projet l’été dernier.

«On a organisé une rencontre avec des chefs du conseil de bande de Kahnawake. Ça a permis de mieux orienter le projet en lui donnant une assise culturelle plus forte. On leur a demandé s’ils pouvaient nous raconter leur histoire et nous expliquer la symbolique des animaux qui représentent les trois clans de la nation Mohawk», précise Mme d’Arienzo, 

UNE HISTOIRE MÉCONNUE

Fruits de cette étroite collaboration, les décors de la rue Peel mettent en lumière la riche histoire des lieux en revisitant les traditionnelles illuminations de Noël. Constitués de points lumineux, les visages des animaux renvoient à la conception très imagée du ciel étoilé qu’avaient les peuples autochtones du Canada. 

Chaque animal a, par ailleurs, été placé au centre d’un cadre rectangulaire lumineux qui épouse la forme que l’on retrouve sur la fameuse ceinture de Hiawatha, symbole de la confédération iroquoise.

Au-delà des lumières, l’idée est de se pencher plus en profondeur sur une histoire souvent méconnue, à l’aide de codes QR qui renvoient à des plateformes informatives. 

«C’est une opportunité très intéressante de permettre aux gens d’en apprendre plus sur notre communauté, l’histoire et l’origine des clans», souligne Kahsennenhawe Sky-Deer, la cheffe du conseil de bande de Kahnawake qui a participé au projet. «Notre nation se trouve juste à côté, à la sortie du pont Mercier, de l’autre côté du fleuve Saint-Laurent, et pourtant, peu de gens connaissent notre histoire.»

 

UNE PREMIÈRE ÉTAPE

Programmée jusqu’au 15 février, l’illumination de la rue Peel s’inscrit dans un projet plus large qui dépasse le simple Temps des Fêtes. 

L’objectif de la Ville de Montréal sera par la suite de mettre en valeur les découvertes archéologiques de la rue Peel à travers le mobilier urbain. Ce projet s’inscrit dans l’objectif de réconciliation de la Ville de Montréal. Il s’agit de travailler directement avec les Premières Nations pour mettre de l’avant l’histoire millénaire du territoire de l’île.

Avant de découvrir les projets développés dans le cadre du chantier de réaménagement de la rue Peel, il était essentiel de ramener la magie de Noël au centre-ville, particulièrement en ces temps difficiles. Avec ces installations aussi instagrammables que chargées d’histoires, les Lumières sur Peel répondent certainement à ce besoin. « C’est une belle occasion d’amener les gens à venir se promener au centre-ville, souligne Cristina d’Arienzo. On espère aussi qu’ils vont profiter de ces nouveaux luminaires pour en apprendre plus sur l’histoire de la ville.», conclut Mme d’Arienzo.

QUATRE OEUVRES D’ART À PARTAGER 

Le Centre culturel et linguistique Kanien’keha:ka Onkwawen:na Raotitiohkwa (KORLCC) a choisi l’artiste Kaiento:ton Kyle Williams pour concevoir 4 illustrations dans le cadre de l’initiative : Ours, Tortue, Loup et Le Pacificateur. 

«Notre processus de sélection a mené au choix de Kaiento:ton. Il est diplômé du Kanien’keha Ratiwennahnirats Adult Immersion Program. C’est un artiste très talentueux qui produit des œuvres phénoménales. Il a réalisé précédemment d’autres interprétations des clans. Je suis très fière de Kaiento:ton et de son travail accompli. Les œuvres originales ont été données au  KORLCC et seront affichées avec fierté dans notre immeuble. J’aimerais aussi souligner la contribution de Teyowisonte Deer pour l’écriture du texte The Rotinonhsion:ni Clan System pour ce projet.  Ses connaissances sont très appréciées et il était la personne parfaite pour écrire ce texte et nous l’en remercions », a déclaré Lisa Phillips, directrice du KORLCC.

Lumières sur Peel est une initiative de la SDC Montréal centre-ville en partenariat avec le  Mohawk Council of Kahnawake, et le  Kanien’kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa Language and Cultural Center (KORLCC), avec l’appui de l’Arrondissement de  Ville-Marie.

– 30 – 

 

Pour les entrevues (en anglais) avec Chef Sky Deer du Mohawk Council of Kahnawake, Lisa Phillips du Centre culturel et linguistique Kanien’keha:ka Onkwawen:na Raotitiohkwa (KORLCC)  et l’artiste illustrateur Kyle Williams :

 

Trina C Diabo

trinac.diabo@mck.ca

et mckmedia@mck.ca

 

Pour les entrevues avec la SDC Montréal centre-ville :

 

Olivier Lapierre

SDC Montréal centre-ville

514-583-3868

olivier.olpr@gmail.com

 

LES OEUVRES DE KYLE WILLIAMS 

Rotiniáhton (Tortue) 26×20 pouces.

Rotihskarè:wake (Ours) 26×20 pouces.

Rona’thahión:ni (Loup) 26×20 pouces.

Tekanawí:ta » (The Great Peacemaker) 26×20 pouces.

Crédit photo : Kyle Williams  https://www.facebook.com/KyleKaientotonWilliamsArt